Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 août 2008 4 14 /08 /août /2008 20:18


Olivier Darné est graphiculteur, c'est à dire éleveur d'images et d'abeilles. Depuis le principe même de la graphiculture qu'il expérimente dans l'espace public urbain depuis quelques années, c'est le cœur des villes et des hommes qu'il cherche à atteindre. L'abeille fascine et renvoie à l'absurdité quotidienne des logiques laborieuses de nos splendides existences urbaines à butiner et se laisser butiner à son tour. Entre l'insecte social et l'Homo urbanicus, une interpellation du vivant par le vivant s'opère. La pollinisation des esprits est là, dans l'acte de fécondation d'esprits surpris, puis curieux, qui s'interrogent devant le mystère d'une cohabitation paisible, poétique et joyeuse de deux sociétés grouillantes et bourdonnantes , celles des hommes et des abeilles dans leur ruche respective : la ville.

http://www.unsouriredetoi.com/IMG/jpg/OlivierDarne.jpg

Miel Béton ?
Ce miel est une image. Image gustative d’un paysage urbain. Un miel de pays. Nectar urbain, riche et complexe à l'échelle de la complexité culturelle de la ville, le «Miel Béton» nous parle de la ville et nous la donne à goûter. Multi-médaillé depuis 2001 chaque année (or, argent, bronze) au Concours Régional Agricole, le «Miel Béton» produit par les ouvrières installées sur le toit de la Mairie de Saint-Denis (93) nous questionne.

 

Cultiver le ciel
À travers le terme générique de "Pollinisation de la ville" Olivier Darné plasticien et apiculteur urbain met en chantier depuis plusieurs années un travail de recherche transdisciplinaire portant sur la ville.

Loin d'être le seul à étudier cette question, il a trouvé un mode singulier d’interrogation et d’investigation qui, passant de sa pratique de créateur d’images à celle d’éleveur d’abeilles dans l’espace public, lui permet d’intervenir aujourd’hui dans la ville d’une façon nouvelle, en posant ses abeilles, ses installations et ses questions sur les trottoirs des villes.
Interrogeant les inter-relations entre le sauvage et l’urbain, l’homme et son milieu, les saisons passent, les questions se croisent, les esprits s’illuminent et les abeilles, tout comme les hommes, butinent jusqu’à récolter le miel d’un paysage urbain devenu «Miel Béton», appellation d’origine, une image.


http://www.larticole.org/carnet/photos/originales/stdenisruchesbleues.jpeg

 

3000 hectares de ville dans un pot de miel.
Poser une ruche quelque part consiste à poser un centre de pospection et à tracer autour de cette ruche un cercle d’environ 3 km de rayon. Ce territoire «invisible» délimite alors environ 3000 hectares de superficie qui constituent approximativement la zone de butinage et de prospection de l’abeille.
Le «Miel Béton» en devient la concentration.
Concentration de géographies et d’histoires, accumulation d’anecdotes de butinages, d’une ville mise en pots. Le miel tel un condensateur du temps et des espaces urbains.

 

Avec l’abeille comme médium et bâton de transhumance,
la «Pollinisation de la ville», initiée par Olivier Darné, nous aide à voir et à goûter l’invisible d’une ville intersticielle. > Influence des zones de friches, délaissés urbains, alignements d’arbres, jardins ouvriers, zones d’activité, toits terrasses et fleurissements de ronds-points, balcons et appuis de fenêtres... nature de ville et de marges qui tiennent les feuilles.
Avec l'abeille pour témoin, ses installations dans l'espace public, questionnent et révèlent nos relations à l'environnement urbain, ses flux, ses densités, son organisation sociale et ainsi finalement notre lecture et notre appartenance à la ville, cette ruche des hommes.

 

MIEL DE PAYS
Les analyses polliniques de différents crus de «Miel béton» produits ont permis révéler la paradoxale biodiversité de la ville. L’homme étant aujourd’hui par sa mobilité, plus encore que le vent, un véhicule de graines, ce «butin du ciel» nous éclaire à propos de l’histoire et des voyages d’une population.
Pour preuve les 300 pollens du «Miel Béton» produit à Saint-Denis marquent dans leur diversité, le brassage culturel d’habitants qui agissent, sans en avoir conscience, sur le paysage d’une ville. Jusqu’à créer véritablement un miel du voyage, produit d’un pays dont le terroir trouverait son origine dans l’origine des hommes.
Les arômes complexes d’un miel issu d’un kaléidoscope culturel complexe, celui de la ville, révèlent ainsi le milieu, la densité et l’intensité de la cité, lieu de concentration de voyages... Une métropole comme ville monde. Le miel, n’est alors plus la finalité, il est le commencement d’une exploration qui va nous permettre de mêler histoires et géographies, de travailler à l’appropriation de choses qui appartiennent à tous, un bien commun.

 

TIME IS HONEY
Depuis le rucher expérimental qu'il installe en 2000 sur le toit de la Mairie de Saint-Denis (93), aux «Butineurs Urbains», mobilier de «Pollinisation de la ville» qu'il pose en 2004 entre les trottoirs de Paris et d’Aubervilliers, aux «Usiruches» réalisées dans le cadre d’une résidence à Roubaix (Musée la Piscine et à la Condition Publique) ou bien encore à la «Bee-Box», ruche suspendue pour arbre à miel urbain dans le quartier Stalingrad à Paris, les expérimentations se poursuivent et croisent une démarche artistique aux enjeux qui concernent la diversité culturelle, sociale et urbaine de la cité.
L’abeille, aujourd’hui devenue «corps étranger» à la ruche des hommes, retrouve sa place et est invitée à une recherche transdisciplinaire. L’essaimage peut commencer...
Le ciel est à nous, le miel et la ville aussi.

 

Pour plus d'infos : parti-poetique.org

source: www.les-vegetaliseurs.com



Partager cet article

Repost 0

commentaires

pour croiser la caravane
2 RIEN MERCI
cliquez sur le cornet
undefined

Formol

Hygiaphone