Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 octobre 2008 1 20 /10 /octobre /2008 16:19
http://sonhors.free.fr/images/newsdisk/pierre_bastien1.jpg

Admirateur de John Cage, ce « compositeur mécanique » débuta en construisant très jeune déjà des instruments à partir d'objets récupérés comme des des électrophones usagés, des métronomes, des cymbales ou des poulies. Il fit des études de Lettres à la Sorbonne[1], mais, influencé par Bernard Vitet et Don Cherry, il se lança en paralèlle dans la musique en 1976, à l'occasion d'une soirée parisienne organisée par Jac Berrocal au Théâtre Mouffetard[2]. Il collabora avec Bernard Pruvost, dans un duo baptisé Nu Creative Methods, puis, dès 1977, avec Pascal Comelade dans son Bel Canto Orchestra[2]. Vers la même période il composa pour plusieurs compagnies de danse, notamment pour le ballet Tartine du chorégraphe Dominique Bagouet[1]. Il joua dans d'autres formations telles que Operation Rhino et Effectifs de Profil.

En 1986 il fonda officiellement son propre orchestre, baptisé Mecanium, composé de neuf machines Meccanoluthbendir ou le rebab marrocains, la kora ou l'angklung sénégalais, le saron javanais, le koto japonais ou la mandoline yougoslave, le tout complété par des accompagnements improvisés de Bastien à la trompette ou au violon. Les machines étaient souvent mues par la rotation de vieux phonographes. Dans les années 1990, Mecanium inclut jusqu'à 80 machines-musiciens, et effectua plusieurs tournées ainsi que des apparitions dans plusieurs festivals de musique, notamment en Norvège, en Australie, au Japon, au Canada, en Pologne et aux États-Unis. jouant divers instruments, tels le chinois, le Bastien a collaboré avec des artistes tels que Robert Wyatt, Jac Berrocal, Jaki Liebezeit, Klimperei, Pierrick Sorin et Issey Miyake. Ses productions ont été publiées sur des labels tels que Lowlands, Rephlex, Tigersushi et Alga Marghen. Il est également titulaire d'un doctorat en littérature française du XVIIIe siècle, sa thèse portant sur le pré-surréaliste Raymond Roussel.

http://lesateliersclaus.com/images/pierrebastien-live-copy.jpg


Après des débuts au hochet comme tout le monde, Pierre Bastien construisit vers dix ans une guitare à deux cordes, à partir des éléments du jeu " Le Petit Physicien ". Vers quinze ans il élabore une première machinerie consistant dans un métronome flanqué à droite d’une cymbale, à gauche d’une poêle à paella.
Ces expériences enfantines pourront paraître dérisoires, elles le sont à peine comparées à ses premiers actes de musicien adulte, puisqu’il a d’abord l’occasion de jouer du torchon de vaisselle, le maniant comme un fouet pour le faire claquer devant le micro, dans le disque " Parallèles " de Jac Berrocal. De ce disque le public retiendra surtout un titre, " Rock’n Roll Station " avec Vince Taylor, Berrocal à la bicyclette, et Bastien dans un ostinato d’une note à la contrebasse.
Malgré ce départ peu conventionnel, et grâce peut-être à la survivance simultanée d’un certain esprit dada chez ses contemporains, Pierre Bastien est alors amené à travailler avec de grands artistes : Dominique Bagouet, Pascal Comelade, Pierrick Sorin, Robert Wyatt ou Issey Miyake.
En même temps il a longuement construit et mis au point un orchestre domestique et privé fait de dizaines de robots en Meccano, joueurs d’instruments de musique traditionnels et parfois d’objets usuels. C’est avec ces machines regroupées sous le terme Mecanium, et d’autres issues de pratiques voisines, qu’il enregistre ses albums et donne ses concerts depuis douze ans. Ainsi les CD " Musiques Machinales " (1993), " Boîte N°3 " (1996), " Mécanologie Portative " avec Klimperei, " Musiques Paralloïdres " (1999) et " Mecanoid " (2001), et le CD-Rom " Neuf Jouets Optiques " avec Karel Doing (2000)...

www.pierrebastien.com






Partager cet article

Repost 0

commentaires

pour croiser la caravane
2 RIEN MERCI
cliquez sur le cornet
undefined

Formol

Hygiaphone