Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 décembre 2008 2 02 /12 /décembre /2008 08:20

KMK



La Cie KMK s’est constituée en 1989 autour d’un groupe de plasticiens-scénographes. Elle met en jeu les arts plastiques dans l’espace public. Le mot d’ordre de la compagnie pourrait être le détournement : détournement d’un lieu, détournement d’objets, de sons, d’images, détournement d’une situation développant ainsi un univers décalé qui propose un autre regard sur une réalité quotidienne.
Les spectacles s’articulent essentiellement autour d’une mise en jeu d’objets et de corps dans l’espace et associent d’autres formes artistiques : la danse, la musique, le théâtre et plus récemment la littérature.
Ce sont souvent des expositions-spectacles, autrement dit des spectacles à visiter, des parcours scénographiques dans lesquels les spectateurs sont amenés à circuler.
Les thèmes récurrents sont les ethnies inventées, le jardin, le point de vue, l’eau et le fleuve.


Le projet artistique de KMK est marqué par le travail in situ et cherche depuis quelques années à établir un dialogue encore plus étroit avec le paysage et le territoire investi.



L'image “http://www.rue-des-livres.com/images/livres/200611/9782912877659-big.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


Les fleuves et les rivières sont depuis toujours sources de mythes et de rêverie. Entre désir de contemplation, parties de pêche et trafic industriel, leurs rives sont soumises aux agissements des aménageurs, souvent considérées comme les coulisses sans importance de notre vie contemporaine.
Le projet Roman Fleuve est né de l’attirance de Véronique Pény et Anne Vergneault pour les cours d’eau. Leur compagnie, KMK, a fait des fleuves et de leurs paysages, le théâtre d’une exploration poétique et artistique depuis plusieurs années.
Chantier artistique, œuvre hybride, vivante et évolutive entremêlant installation plastique, scénographie, littérature, composition sonore, Roman Fleuve aborde les rivières pour y puiser objets et histoires tirés des flots. Le livre éponyme s’adresse aux rêveurs éveillés, aux amoureux des fleuves, aux amateurs d’histoires…
Les épisodes se suivent, se répondent mais ne se ressemblent pas, puisqu’ils sont écrits spécifiquement pour chaque lieu traversé. Le livre nous immerge dans un élément, un territoire, un paysage, un quartier ou un village, à chaque fois au milieu des habitants


le site de KMK






Partager cet article

Repost 0

commentaires

pour croiser la caravane
2 RIEN MERCI
cliquez sur le cornet
undefined

Formol

Hygiaphone