Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2009 3 17 /06 /juin /2009 09:26
http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/ill/2009/05/11/h_4_ill_1191731_09051217_films+x1p1_ori.jpg
Photo: Eric Rondepierre

Lutter contre l'oubli et le désamour, telle est la volonté de Marc Olry. Ce technicien du cinéma vient de fonder Lost Films, une société de distribution. Celle-ci sortira le 8 juillet La Rumeur (The Children's Hour), de William Wyler, un mélodrame avec Audrey Hepburn et Shirley MacLaine, inédit en salles depuis 1962.

Un petit milieu de cinéphiles cultive cette monomanie pour les films perdus, totalement ou partiellement détruits. Cela peut tenir d'un fantasme, la quête du film idéal ; du plaisir qui anime les orpailleurs. Une passion d'explorateur pour les mondes disparus.

"Nos principaux et terribles concurrents sont les éboueurs qui ramassent les bobines rouillées", raconte Serge Bromberg. En 1985, il a créé Lobster films, une société de production mais surtout de restauration, aujourd'hui première collection privée au monde avec 50 000 films rares, inédits, curiosités ou classiques. Ne subsistent de certains films que des fragments ou des photogrammes : 45 secondes d'images pour Cleopatra (J. Gordon Edwards, 1917), une minute de bande-annonce pour la première adaptation de Gatsby le Magnifique (Herbert Brenon, 1926). Chaque fois un émerveillement, disent les chineurs du cinéma.

Il en va des films comme des mots, ils s'éteignent peu à peu s'ils ne circulent pas. En France, ils sont tous archivés depuis 1977 pour le cinéma et depuis 1995 pour la télévision. Mais combien, avant, ont été jetés, supprimés ? Les estimations fluctuent : 50 % des films de l'histoire du cinéma auraient disparu. Et 80 % des films muets antérieurs à 1930 n'existent plus, d'après la Fondation de préservation du film de Martin Scorsese.

 

Parmi les films à jamais disparus figurent le premier long métrage, le premier film en Technicolor (The Gulf Between, Wray Physioc, 1917), le premier film d'animation parlant, Greed, d'Erich von Stroheim (1924), neuf des vingt-deux films de Murnau. Mais aussi des films d'Ed Wood, Sergueï Eisenstein, le premier film de Woody Allen, le montage original de La Splendeur des Amberson, d'Orson Welles (1942), et les premiers rôles de Charlie Chaplin (1914), The Day the Clown Cried, de Jerry Lewis (1972), tant d'autres...

Au cours de la première moitié du XXe siècle, une fois exploités en salles, les films étaient jetés, donnés, vendus. Le passage au parlant fit perdre aux métrages muets leur valeur commerciale. Poubelle ! En cause aussi, le manque de place. Impossible de tout stocker. En 1923, Georges Méliès, ruiné, brûla 530 négatifs dans son pavillon de Montreuil qu'il devait quitter. Le 9 juillet 1937, la chambre de stockage de la Twentieth Century Fox dans le New Jersey fut ravagée par un incendie et avec elle les négatifs d'un grand pan du patrimoine muet dont Cleopatra, énorme production avec Theda Bara. En 1967, les entrepôts de la MGM prirent feu. Parmi les pertes, la dernière copie de London After Midnight, de Tod Browning (1927). Sans compter les dommages causés par les guerres ; les innombrables accidents liés au nitrate, substance inflammable utilisée jusqu'en 1953, et au recyclage de pellicules destiné à la récupération de l'argent contenu dans l'émulsion.

"Quelquefois, si les projectionnistes voyaient une séquence de film qui leur plaisait particulièrement, ils la coupaient pour la garder pour eux", raconte le site Lost Films (homonyme de la société de distribution de Marc Orly) ouvert en 2008 par la Cinémathèque allemande. Certaines versions ont aussi été reniées par leurs auteurs. Stanley Kubrick a racheté toutes les copies de son premier film (Fear and Desire) qu'il détestait. "En 1997, Chris Marker a changé la fin du Fond de l'air est rouge, rappelle Jean-Yves de Lépinay, président de l'association des Professionnels des images d'archives de la francophonie (PIAF), parce qu'il avait changé d'avis sur Fidel Castro, et a raccourci de 20 minutes Le Joli Mois de mai."

La question des images égarées se pose en termes similaires pour la télévision. Le directeur des archives de l'Institut national de l'audiovisuel (INA), Michel Reynal, vient de se voir confier la mission d'établir le registre des émissions introuvables, soit les programmes diffusés de 1949 à 1954 : des heures de variétés et dramatiques en direct connues par des photos de décors.

Manquent également les premiers numéros d'"Apostrophes". Impossible de revoir François Mitterrand évoquer La Paille et le Grain face à Bernard Pivot. Ou de rediffuser autrement qu'en noir et blanc "L'invité du dimanche", réalisé en couleur par Pierre-André Boutang. Les bandes pouvaient être tronçonnées pour extraire un passage destiné au journal télévisé, le reste atterrissait au fûtier.

Du discours de Chaban-Delmas sur la Nouvelle Société en 1969 ne restent que quatre sujets, soit treize minutes. "Les bandes 2 pouces ont été effacées et recyclées. L'intégralité du discours n'a pas été conservée", explique Catherine Teillou, responsable de la vidéothèque de l'INA.

Selon M. de Lépinay de PIAF, beaucoup de films d'artistes tournés dans les années 1970 sont en danger. Le collectif Light Cone s'organise pour dresser un état des lieux. Bollywood, le cinéma le plus prolifique du monde, a commencé depuis peu à se préoccuper de sauvegarder son volumineux patrimoine.

Reste à chercher les titres, à rassembler les indices à l'instar de Terry, critique de cinéma obsessionnel et personnage du roman La Maison du sommeil, de Jonathan Coe, prix Médicis étranger en 1998 : "On semblait avoir apprécié que Terry, bien qu'il n'eût pas réussi à trouver la trace d'une copie de Corvée de latrines ni même de photos ou d'exemplaires du scénario, eût écrit une étude intéressante rassemblant pour la première fois de nombreuses informations dispersées."

Harry Waldman, auteur américain vivant dans le Maryland, s'est consacré à cette marotte d'archéologue. Il publie des essais très documentés sur les scènes ou films perdus, avec index et descriptifs des oeuvres. Telle est aussi la finalité de Lost Films. "L'idée était de recenser les films perdus et de les illustrer avec des documents, explique Jürgen Keiper, chargé du projet à la Cinémathèque allemande. Ce que nous avons fait pour les 37 films les plus cherchés d'Allemagne, soigneusement choisis grâce à des experts de renom." Souvenirs de production, scripts, dessins de plateau, posters, dossiers de presse, partitions sont accessibles sur le site... "Au début, nous avons demandé la collaboration de collègues et d'experts du cinéma. Plus tard, nous avons établi un wiki (une plate-forme collaborative) qui a bien fonctionné."

Macha Séry

Article paru dans l'édition du 12.05.09. du quotidien le Monde

 

Le photographe Eric Rondepierre a réalisé sa série "Moire" à partir de photogrammes endommagés issus de films stockés dans les archives de Montréal.

 

http://2.bp.blogspot.com/_48YVRp6BZXQ/R7cT3hd26EI/AAAAAAAAEcs/aywMvu_n1Mg/s400/couplepassant.jpg

 

http://1.bp.blogspot.com/_48YVRp6BZXQ/R7cTxRd26DI/AAAAAAAAEck/DwRAOBtR4a4/s400/convulsion.jpg

 

http://2.bp.blogspot.com/_48YVRp6BZXQ/R7cUMhd26GI/AAAAAAAAEc8/ehvP1NxEUGk/s400/ladanse.jpg

 

http://4.bp.blogspot.com/_48YVRp6BZXQ/R7cUUBd26HI/AAAAAAAAEdE/wO4I8lLXN0M/s400/leruban.jpg

 

http://2.bp.blogspot.com/_48YVRp6BZXQ/R7cUkhd26JI/AAAAAAAAEdU/1VLPNiECcFg/s400/levoyeur.jpg

 

http://4.bp.blogspot.com/_48YVRp6BZXQ/R7cUeBd26II/AAAAAAAAEdM/84bTE9fHTlc/s400/letrio.jpg

 

http://4.bp.blogspot.com/_48YVRp6BZXQ/R7cUpBd26KI/AAAAAAAAEdc/hgrjZgmuMUw/s400/lhommededos.jpg

photos: Eric Rondepierre

 

Sources: merci à Fredo

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

pour croiser la caravane
2 RIEN MERCI
cliquez sur le cornet
undefined

Formol

Hygiaphone