Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 17:27


Le Grand Couvert «Ouvrir sa maison»

Il y a des lieux qui permettent la réunion des hommes.  Parfois ce sont des lieux communs, comme le café, parfois aussi, ce sont des espaces privés.  La maison qu'ouvrent Marie-Pierre et Michel Troisgros, dans l'esprit d'un gîte de campagne où l'on peut manger et dormir, en fait partie.  Elle a été voulue par un couple qui, ayant atteint l'excellence dans son métier, s'est posé la question de savoir si cette excellence pouvait être montrée avec simplicité et modestie, pour que l'essentiel soit présent : l'hospitalité.

                                                           Patrick Bouchain, architecte

 

http://accel10.mettre-put-idata.over-blog.com/598x263/1/00/44/80/4-rep/cadole.jpg


Non loin de leur restaurant de Roanne, les Troisgros ont ouvert à 15 km de là, un nouveau lieu en plein coeur de la Bourgogne.

Plusieurs corps de ferme ont été rénovés par l'architecte Patrick Bouchain.
Une ancienne grande étable est devenue transformée en auberge "Grand Couvert", une ferme longère à colombier du XVIIIè siècle rénovée en suites d'hôtes très confortables.

A côté de ces traditionnels lieux, Patrick Bouchain a créé d'étonnantes chambres d'hôtes, surnommées les "cadoles". Il semblerait que ce terme vienne du nom des abris en pierre des vignerons bourguignons.
Contraste détonnant dans ce cadre champêtre.

 


L'architecture extérieure des cadoles surprend. A l'intérieur, une grande et haute pièce à vivre (60m2) donne sur le balcon qui surplombe la campagne. A l'arrière, la chambre est comme un nid d'amour, avec, au dessus des têtes, un maillage de sangles en jute : DR

Le célèbre restaurateur Troisgros et l'architecte Patrick Bouchain ont imaginé d'étranges cabanes nichées dans la campagne, près de Roanne. Une nouvelle conception de l'hôtellerie de luxe.

Au premier coup d'oeil, ça tient de la roulotte gitane posée sur pilotis au-dessus des prés. De derrière, on dirait des meules de foin sanglées de branchages...

Ce sont les cadoles, nom donné par Marie-Pierre et Michel Troisgros aux trois habitations originales qui s'ajoutent à leurs gîtes de la Colline du Colombier, à Iguerande, en Saône-et-Loire, à vingt minutes de Roanne. « Le nom vient des abris en pierres sèches que construisaient les vignerons bourguignons », précise Marie-Pierre Troisgros.

« Cadolle, c'est aussi le nom de la femme qui a inventé le soutien-gorge en 1900. Ce n'est donc sans doute pas par hasard si j'ai dessiné ces cabanes comme des balconnets », sourit Patrick Bouchain, 64 ans, architecte et scénographe auquel lesTroisgros ont fait appel.

Un résultat étonnant


L'homme n'est pas un inconnu pour ceux qui connaissent, entre autres, le Lieu Unique à Nantes. « Construire autrement, comment faire ? » n'est pas seulement le titre de son livre (chez Actes Sud), c'est le credo de cet ancien conseiller de Jack Lang. « Les Troisgros m'ont trouvé au bon moment. Je m'interrogeais : ' Pourquoi l'architecture est-elle si rarement hospitalière ? ' Et eux voulaient faire une auberge plus simple, moins bourgeoise que leurs trois étoiles de Roanne ».

Belle rencontre. « Notre objectif, en achetant une ancienne ferme isolée, était de respecter les lieux et de s'y glisser sans les dénaturer. » Lediscours de Patrick Bouchain les a séduits : « On va en faire le moins possible et prendre notre temps. » Des carnets entiers de croquis témoignent de leurs nombreux échanges avant de lancer les travaux, terminés voilà tout juste un an.

Le résultat est étonnant. Le restaurant, appelé Le grand couvert (60 places, menu à 35 €), ressemble à l'étable d'antan. Charpente apparente, murs de pierre et de terre, donnent malgré tout une touche contemporaine à la salle à manger et à la cuisine. Même impression pour les gîtes luxueux (300 € la nuit pour quatre à six personnes) qui ont trouvé leur place dans l'ancien colombier et une longère pourtant rénovés.

« Certains nous prennent pour des cinglés »

Lieu unique ? « Depuis plusieurs années, nous avions envie de proposer autre chose à notre clientèle, moins formelle que l'hôtellerie de luxe, plus proche de l'ambiance des chambres d'hôtes dont nous avons suivi jalousement le succès. » La nouvelle aventure des Troisgros est observée de près par leurs confrères.

« Certains nous prennent pour des cinglés. On a quand même investi 2,5 millions d'euros... » Mais, eux, pensent être dans « le mouvement » comme ils disent.

« La maison Troisgros est née en 1930, sur les bords de la nationale 7, pour accueillir ceux qui descendaient vers le Midi. Aujourd'hui, les gens recherchent plus de calme, de simplicité, sans pour autant tomber dans la nostalgie,le cliché de la campagne. »

« Leur démarche est moderne », conclut Patrick Bouchain qui, depuis l'expérience, « s'est collé » à l'habitat social : « Pourquoi les plus démunis n'auraient-ils pas, eux aussi, droit à de beaux logements ? » Tourcoing, Calais, Marseille, Nantes et Saint-Jacques-de-la-Lande lui ont donné leur accord. À suivre.

Yvon LECHEVESTRIER.





Partager cet article

Repost 0

commentaires

pascou... 06/08/2009 18:36

750 euros les 3 nuits...mais chouette, il y a meme un poele a bois !

pour croiser la caravane
2 RIEN MERCI
cliquez sur le cornet
undefined

Formol

Hygiaphone