Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 21:36

 

 

"Paso doble" est l’oeuvre commune de deux créateurs d’images: le peintre et sculpteur catalan Miquel Barceló s’est imposé au niveau mondial en 1982 lors de la prestigieuse manifestation d’art de Kassel, la Dokumenta. Depuis, il est exposé par les principales galeries et les plus grands musées du monde.

Au cours des années 90, sur un atelier-pirogue de son invention, il descend des rivières africaines et peint avec tout ce qu’il pêche ou trouve dans les fonds. Ses toiles, ses sculptures et ses céramiques atteignent alors des prix record. Puis les préférences de Miquel Barceló vont vers la glaise. L’expérience d’une sensation humide et visqueuse ressentie un jour à l’intérieur d’une immense poterie où il s’est enfermé lui donne une nouvelle source d’inspiration. Mais ce novateur était loin d’imaginer travailler un jour avec des potiers d’Avignon pour réaliser en compagnie de Joseph Nadj une oeuvre relevant du spectacle dramatique.
Josef Nadj, le danseur et homme de théâtre dont la sensibilité a souvent émerveillé et profondément remué le public d’Avignon, désirait depuis longtemps donner une performance avec Miquel Barceló. Son rêve fou était de faire corps avec une sculpture de l’artiste catalan.

Josef Nadj : "Ce projet est quelque part une sorte d’aboutissement de mon rapport à son œuvre. On essaie de parler toujours des mêmes questions : comment élucider un tout petit peu le mystère de l’univers, de l’existence, de nous-mêmes, notre place et notre façon d’y être, notre façon de voir le monde, de recevoir le monde. Alors, notre matière est différente, mais sans cesse on revient, ou je reviens à ces débuts, à ce noyau essentiel, ce que je disais : qu’est-ce que c’est, notre corps qui est donné et qui est ma propre matière première ?"

Josef Nadj : "Je donne effectivement mon corps comme support sur lequel il peut empiler de l’argile et sculpter l’argile avec mon corps, ça devient aussi donc pour lui une matière inédite, nouvelle, le corps vivant qui devient l’élément constitutif d’un tableau qui va exister quelques secondes, quelques minutes…Et après, on efface, on avorte, la problématique est l’espace de la représentation : comment on fait des variations sur le même thème…"

Miquel Barceló : "Je ne pourrais pas prétendre que chaque jour, je réussirai une œuvre. Là justement, il n’y a pas cette prétention, et j’essaie de faire une chose différente chaque jour. C’est comme un pari que je me fais à moi-même, que pendant les dix ou douze jours de représentation, je vais faire une image différente, comme un bestiaire… Un bestiaire qui va inclure aussi d’autres choses, mais ça sera une espèce de bestiaire qui aura un sens, mais qui sera chaque jour différent, comme si chaque jour, c’était un animal d’une autre espèce."

source: www.arte.tv (merci à Blaï)

 

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pour croiser la caravane
2 RIEN MERCI
cliquez sur le cornet
undefined

Formol

Hygiaphone