Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 janvier 2009 7 04 /01 /janvier /2009 15:08

http://www.1001actus.com/wp-content/thinnest-buildings5.jpg

http://blog.popflower.fr/public/Architecture/schemata-03.jpg

http://img360.imageshack.us/img360/6471/p1010186al3.jpg

source: www.1001actus.com

Repost 0
3 janvier 2009 6 03 /01 /janvier /2009 06:17



Repost 0
1 janvier 2009 4 01 /01 /janvier /2009 18:29
Une arche de papier
J. Martin, septembre 2006
Événement photographique de l’année à New York, Ashes and Snow nous a révélé de nouveau l’œuvre bouleversante et exotique du photographe canadien Gregory Colbert, demeurée inédite jusqu’à la Biennale de Venise 2002. Mais, cette fois, la surprise,  aussi d’ordre architectural, fut de taille.

http://www.metropolismag.com/webimages/1241/020105hr_d_t346.jpg

L’ancien entrepôt de cordage de l’Arsenal de Venise, construit au XIIIe siècle, avec ses massives colonnes de pierre et sa pénombre envoûtante, constituait un cadre parfait pour ces grandes photographies mettant en scène d’une façon totalement nouvelle, baleines, éléphants, oiseaux, vieillards et enfants.

Les fonds recueillis par la Fondation Bianimale mise sur pied pour l’occasion permirent à Ashes and Snow de se transformer en un musée nomade prêt à parcourir le monde. L’artiste fit alors appel à l’architecte japonais Shigeru Ban, à qui l’on doit de nombreuses constructions transportables et éphémères, peu coûteuses mais néanmoins d’une grande beauté. « Je n’avais jamais vu de telles images, des scènes primitives où l’on retrouve des animaux sauvages en contact avec des humains. J’essayais de comprendre ce nouveau et mystérieux monde quand Gregory Colbert m’annonçât qu’il ne voulait plus exposer dans les musées existants et qu’il souhaitait que je lui dessine un musée nomade ou un musée voyageur. » se rappelle-t-il.
 

Premier arrêt au programme : New York, quai 54, lieu même où devait s’arrêter le Titanic presque 100 ans plus tôt. On ne pouvait mieux choisir.

Sur ce site délabré s’est alors élevé petit à petit un autre bâtiment titanesque, sorte d’arche éphémère de 4 700 m2 sur 15 m de hauteur, aux allures de fin du monde, avec à son bord quelques centaines d’hommes et d’animaux grandeur nature mais uniquement sur papier...

http://www.egodesign.ca/_files/articles/34d_bnm_michaelmoran_02.jpg

http://www.egodesign.ca/_files/articles/blocks/241_0513_15c.jpg

http://graphics8.nytimes.com/images/2005/03/12/arts/ash.184.jpg

L’œuvre de Shigeru Ban

À mi-chemin entre la cathédrale et l’arche, le musée nomade de Shigeru Ban est une vaste carcasse métallique de 235 m de longueur sur 24 m de largeur. Pas moins de 148 conteneurs, agencés en damier de manière à occuper la plus grande surface possible, forment les murs de ce grand vaisseau. Chaque espace intermédiaire est comblé par une toile de PVC, couchée en diagonale, qui assure une climatisation et un éclairage adéquats. Une simple toiture en pignon, composée de panneaux de PVC, recouvre l’entièreté du bâtiment. À l’intérieur, 64 colonnes et fermes faites de carton recyclé et réparties tous les 6 m recréent temporairement et à peu de frais l’impressionnante colonnade de l’Arsenal. Un squelette qu’on remballe ou recycle entièrement une fois l’exposition terminée!

" En entrant dans cet espace vous allez être bouleversé, c’est comme être dans une cathédrale " explique Shigeru Ban. " Mais, aussi volumineux soit-il, il devient un simple arrière plan dès que vous voyez les oeuvres de Gregory. Cela relève de la prière et ce qui vous entoure ne compte plus" .

Enfin, un voile léger suspendu à 12 m au-dessus du sol, créé à partir d"un million de sachets de thé compressés, est utilisé pour feutrer la lumière ambiante et faire ressortir le sépia des photos.

Le plus surprenant, c’est que tout cela voyage dans une quarantaine de conteneurs seulement, chaque ville hôtesse devant pourvoir le musée d’une autre centaine de conteneurs sur place : simple, mais d’une remarquable efficacité. Même si  l’utilisation de conteneurs en architecture n’a rien de nouveau en soi, en général on s’intéresse davantage à son espace réduit qu’à ses possibilités structurales. L’idée est donc là toute différente.

The Nomadic Museum fait la preuve que peuvent coexister superbement hommes et animaux, mais aussi art et architecture.

http://www.ashesandsnow.org/media/images/common/portfolio/image05.jpg

http://www.ashesandsnow.org/media/images/common/portfolio/image17.jpg

http://www.ashesandsnow.org/media/images/common/portfolio/image08.jpg

http://www.ashesandsnow.org/media/images/common/portfolio/image23.jpg

http://www.ashesandsnow.org/media/images/common/portfolio/image26.jpg

http://www.ashesandsnow.org/media/images/common/portfolio/image30.jpg

http://www.ashesandsnow.org/media/images/common/portfolio/image31.jpg

www.ashesandsnow.org

Repost 0
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 17:49
"Ah tiens c'est bizarre dis-donc, je transpire des jambes!"

Le moustache show 5 | 60 mn | 82mo

télécharger via rapidshare


FACE A

01-  The Busters : Bust out
02 - Juicy Lucy : Who do you love
03 - The Trashmen : Surfin' bird
04 - Ahab & the Wailers : Neb's tune
05 - April March : Chick habit
06 - Tradewinds : Aba daba do dance
07 - Shirley Ellis : The clapping song
08 - Les Baxter & Bas Sheva : Lust
09 - The Cardinals : Misirlou
10 - Wanda Jackson : Funnel of love
11 - Canned Heat : Going up the country
12 - Betty mc Quaid : Tongue tied
13 - Cindy & Bert : Der hund von baskerville


FACE B

01 - Five Blobs : The blob
02 - Ronnie Cord : Biquini de bolinha
03 - Johnny Fortune : Dragster
04 - Jack Nitzsche : Rumble
05 - Sammy Johns & the Devilles : Making tracks
06 - Linda Laine : Low grades & high fever
07 - Judy Carne : Sock it to me
08 - Johnny Keating : Getaway
09 - Les Muppets : Ce que c'est chouette ça!
10 - The Quotations : Imagination
11 - The Elite : One potato
12 - Leroy Holmes : Mah-nà, mah-nà
13 - Perey - Kingsley : Swan's splashdown

spéciale dédicace à l'indispensable Révérand Frost...merci!

(sources de certains samples: blogothorax, à la piscine...merci!)
Repost 0
29 décembre 2008 1 29 /12 /décembre /2008 10:57
Repost 0
27 décembre 2008 6 27 /12 /décembre /2008 11:15


La Comptesse de Castiglione

envoyé par serumen

source: merci à Kerfi



Repost 0
13 décembre 2008 6 13 /12 /décembre /2008 15:36
Repost 0
12 décembre 2008 5 12 /12 /décembre /2008 08:21

JR est un photographe clandestin pour qui la rue est une galerie d'art universelle et la ville le terrain d'actions de grande ampleur. Depuis 2001, de Paris à Los Angeles en passant par Jerusalem, JR est auteur de nombreuses expositions « sauvages » (ou Expo 2 Rue), qui consistent à coller ses photos sur les murs sous la forme d'affiches grand format.

http://lapravda.files.wordpress.com/2008/08/providencia_jr_eyes.jpg

http://farm2.static.flickr.com/1307/1374248900_1f4d61f80f.jpg?v=0

http://noravr.blog.lemonde.fr/files/2007/11/rue-de-rivoli-paris-photo-jr.1196185512.jpg

http://farm2.static.flickr.com/1302/1374244176_c37a616db6.jpg?v=0

http://www.fill-in.fr/wp-content/uploads/2008/03/400cn_50mm_paris_semaine_erasmus025-copie2-copie.jpg

L'image “http://storage.imageloop.com/content/d2a255b2-f51e-14fc-9a11-0015c5fd2ed5/rw506h380” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


Depuis combien de temps et comment  etes vous venu à la photographie?
JR : Tout a commencé par un appareil photo oublié par un touriste sur un quai de métro à Paris en 2000. Un appareil tout automatique avec un flash surpuissant, ce qui m a permis de réaliser mes premières photos dans les tunnels de métro.

Pourquoi ne voit-on jamais votre visage ?
JR : Le collage est toléré mais avec la peinture que j’utilise pour faire les cadres de mes photos dans la rue, c’est un autre problème…
Je cherche à m’effacer derrière mon travail, je ne cherche pas à me faire connaître dans la rue pour ensuite exposer en galerie, ma galerie à moi restera la rue !

C’est quoi le concept « Expo 2 rue » ?
JR : Le concept d’expo 2 rue est née d’un constat très simple : la photographie, un art universel, est enfermé dans les galeries et les musés.
Si beaucoup de gens s’y intéressent de près ou de loin, de moins en moins font la démarche d’aller voir des expos…
En exposant dans la rue je touche tout le monde et ma galerie est ouverte 24h sur 24… par contre je ne peux pas assurer la date de fin…

Pourquoi avoir recours à ce système plutôt que les systèmes classiques ?
JR : Une partie de la réponse est déjà dans la question : pour toucher les gens il faut être original…
Je pense que si j’avais cherché à exposer mes photos dans des lieux « classiques » je n’aurais jamais exposé mes photographies dans des endroits aussi fréquentés que les Champs Elysés…
Aujourd’hui je soutiens tous les lieux d’expositions alternatifs ( lieux de vie et de passage où les gens ne vont pas forcement pour voir une expo de photo.)
En décembre dernier j’ai exposé dans une arcade (passage piéton intérieur) en plein cœur de Manhattan (New- York). Chaque jour des centaines de personnes qui passaient par là sont tombés par hasard sur mon exposition.
Si aujourd’hui les gens ne vont plus vers l’art, c’est à l’art de faire le premier pas…


Interwiew: Fotolia

Découvrez le travail de JR sur son site Internet www.jr-art.net, chaque jour une nouvelle photo, c'est la photo du jour, retrouvez aussi ses archives et ses photos de ses "expos de rue".

 

Pour le photographe JR, et son complice Marco, Israéliens et Palestiniens sont comme des jumeaux élevés dans des familles différentes. Ils ont donc demandé à 41 d’entre eux de grimacer devant leur objectif, avant de placarder leurs portraits dans des formats gigantesques, de part et d’autre du mur de séparation. Une approche originale et optimiste de la situation au Proche-Orient.

 


L'image “http://www.photosapiens.com/IMG/jpg/maquette2.jpg” ne peut être affichée car elle contient des erreurs.


Morts de rire. Placardés en 6 x 8 mètres sur le mur de séparation entre Israël et les territoires palestiniens, Cheikh Aziz (l’imam), Brother Jack (le prêtre) et Reb Eliyahu (le rabbin) se fendent la poire. Toujours pas remis de leur séance de prise de vue avec le photographe JR, semble-t-il.

 



Repost 0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 19:32
Réalisé par Körner Union



(via monoscope)

Repost 0
11 décembre 2008 4 11 /12 /décembre /2008 07:14

http://www.trendsnow.net/trends_now_/images/2008/05/27/snail2bgraf2b12b2bblog.jpg

L'artiste urbain londonien Slinkachu, déjà très connu pour ses mises en scènes miniatures "Little People", présente son nouveau projet intitulé "Inner City Snail" qui consiste en des graffitis réalisés à la peinture non toxique sur des escargots !


Repost 0

pour croiser la caravane
2 RIEN MERCI
cliquez sur le cornet
undefined

Formol

Hygiaphone