Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 07:37

 

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
8 octobre 2012 1 08 /10 /octobre /2012 06:00

 

 

32.jpg

 

33-copie-1.jpg

 

wilder-mann-064.jpg

 

239af03fb2-freger_2-1.jpg

 

pechtenfreger2.jpg

 

 

115404809171541383_YhGWOUT5_c.jpg

 

581049_475459075805818_1486331575_n.jpg

 

Depuis toujours, passionné par les groupes sociaux et leurs uniformes, avec ces portraits contemporains évocateurs de rites ancestraux, Charles Fréger élargit sa recherche photographique à la figure du sauvage déclinée dans de nombreuses communautés en Europe.

 

Wilder Mann – l’homme sauvage – est le résultat d’une quête, à la rencontre d’une cinquantaine de communautés dans dix-huit pays d’Europe. Toutes perpétuent une tradition de costumes associant fourrures, accessoires et attributs d’animaux indigènes. Des Babugeri de Bulgarie aux Busos hongrois, des Arapides de Grèce aux Strohbären allemands, chacun de ces personnages incarne une vision de l’homme sauvage dans ses particularismes culturels locaux.

Après avoir travaillé sur des groupes de jockeys, majorettes, légionnaires, lutteurs de sumo tous caractérisés par un même uniforme au sein du collectif, le photographe français, diplômé des Beaux-Arts de Rouen (France), se penche ici sur une communauté bien plus large et protéiforme. « Au-delà des carnavals et du folklore, c’était la communauté des hommes bruts que je voulais représenter », précise-t-il. En effet, ces portraits laissent transparaître la part d’animalité entretenue par l’homme, ainsi que son rapport au monde naturel.

Pour Paul Cottin, le costume du Wilder Mann permet à chacun, « en prenant l’apparence du monstre, du sauvage, de replacer l’Autre à l’intérieur de soi ». Charles Fréger remet l’individu face à ses peurs, grâce à un traitement de l’image qui uniformise cette série dense et multiple : usage du flash qui dégage la silhouette de son environnement, attention particulière au paysage dans lequel s’insère le modèle. Cette somme de portraits fait l’objet d’une publication chez Thames & Hudson.

 

wilder-mann-cover.jpg

 

source: fondationdentreprisehermes.org // merci à Gildas Bitout

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
7 octobre 2012 7 07 /10 /octobre /2012 07:33

 

 

Vintage-Photos-Glow-with-Tiny-Holes-of-Light--4-.jpg

 

Vintage-Photos-Glow-with-Tiny-Holes-of-Light--9-.jpg

 

Vintage Photos Glow with Tiny Holes of Light (1)

 

Vintage-Photos-Glow-with-Tiny-Holes-of-Light--8-.jpg

 

Vintage Photos Glow with Tiny Holes of Light (2)

 

 

Photographer Amy Friend finds vintage images online, in vintage shops or in old family albums
and then alters them by allowing tiny little holes of light to pass through.
The result is an incredibly mesmerizing series called Daré alla Lucé,
an Italian phrase used to describe the moment of birth,
as she aims to give the photographs back to the light.
source: mymodernmet.com
picto-broudnain.jpg
Repost 0
6 octobre 2012 6 06 /10 /octobre /2012 09:45

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 07:58

 

 

LaunchingOutOfOblivion LostAndFound PeikwenCheng-700x466

 

KlimaxAtDawn LostAndfound PeikwenCheng-700x466

 

peikwen_cheng_1723_north_576x.jpg

 

peikwen_cheng_7408_north_576x.jpg

 

peikwen_cheng_7331_north_576x.jpg

 

peikwen_cheng_777_north_576x.jpg

 

peikwen_cheng_6618_north_576x.jpg

 

SailingAway_LostAndFound_PeikwenCheng-700x466.jpg

 

Photos: © Peikwen Cheng

Chaque année, à la fin de l'été, le Black Rock Desert dans le Nevada accueille près de 50 000 esprits libres rassemblés pour créer la Black Rock City, une ville éphémère inventée de toute pièce nourrie à la solidarité, l'art, l'indépendance et les substances illicites, qui disparait dans ses cendres au bout d'une semaine.

A travers ces clichés issus de la série "Lost and Found" du photographe Peikwen Cheng, voici une plongée, douce et poétique, à Burning Man.

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
17 septembre 2012 1 17 /09 /septembre /2012 08:10

 

 

Oh-Joy8-640x360.jpg

 

Kut est un collectif de créatifs composé de réalisateurs ou jeunes musiciens. Ces derniers ont réalisé cette vidéo appelée « Oh Joy! » en décidant de casser le quotidien dans les rues de la ville de Riga et en y menant une opération sauvage et poétique. Une utilisation détournée du coton pour y changer l’atmosphère.

 

 

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 13:38

"Gramoulinophone" joue ce soir encore à Prague, ainsi que demain à Roztoky, sur le "Lod' Taiemstvi", la Barge des Frêres Forman. Il parait que certains rêves flottent.

 

3.JPG

 

2

 

5

 

4-copie-1.JPG

 

8.JPG

automne-hiver-2012-2013-8499.JPG

 

9.JPG

 

10.JPG

 

11.JPG

 

12.JPG

 

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 10:30


1137-inso2-1.jpg

 

 

 

Depuis son plus jeune âge, Tabyldy Kaioupov rêve de faciliter la vie nomade de ses proches.

Aujourd’hui ingénieur à Astana, il travaille sur un projet de yourte volante capable de léviter au-dessus des steppes en suivant les troupeaux durant les transhumances.

La coupole serait remplie d’hélium et le mât équipé d’une hélice. Creux et en Duralumin, il fonctionnerait comme une chambre à vide. Une fois l’air expulsé, l’ensemble s’allège et peut prendre son envol, et pour le poser il suffit de le remplir d’air à nouveau.“La yourte fait 314 m2 au sol et 28 mètres de haut jusqu’à l’hélice. C’est énorme, mais selon mes calculs une structure plus petite ne parviendrait pas à voler.

En revanche, on peut même envisager un palais volant ! Le poids total est de 3 tonnes en comptant le mobilier, qui est entièrement intégré à la construction et qui assure la portance. On peut ajouter 1 tonne supplémentaire.

Une fois dans les airs, la yourte sera si légère qu’on pourra l’atteler à un chameau, ou qu’un adulte pourra la tirer comme un ballon. Je ne conseillerais pas de la confier à un enfant, parce qu’elle offre une certaine prise au vent. Mais quel bonheur de pouvoir déplacer son campement sans perturber le sommeil de sa famille !”Une éolienne fixée en haut du mât permettrait aux bergers d’avoir l’électricité.

Autre progrès technique, des toilettes biologiques transformeraient les excréments humains et animaux en méthane. M. Kaioupov imagine sous la yourte une foreuse qui, couplée à un GPS pour le repérage des nappes, permettrait d’extraire non pas du pétrole, mais de l’eau.

Cette année, avec une équipe de chercheurs, il a mis au point un moyen, récompensé par l’Etat, de décontaminer l’eau et de la dessaler si besoin. Les bergers nomades auraient ainsi de quoi boire, et à l’occasion de prendre une douche, voire un bain chaud. Une réserve d’eau pourrait être conservée dans le mât, ce qui constituerait un lest, offrant à la yourte une meilleure résistance aux vents et aux tempêtes.

L’abri volant “ne servirait pas seulement aux bergers, dit M. Kaioupov, mais aussi à des géologues en prospection, à des pêcheurs, à des explorateurs. Il pourrait même être installé en ville, il n’est pas obligé de voler, c’est un habitat tout confort, avec des matériaux non polluants.

Certains de mes homologues trouvent ce projet irréalisable, mais je ne vois pas pourquoi. Toutes les techniques requises existent déjà.” La compétence du chercheur ne saurait être mise en doute : il a pris part à la construction de plus de 60 bâtiments à Astana, dont le vélodrome et l’hôtel Pékin Palace.

Sa yourte, hommage au nomadisme, n’est toutefois pas constituée d’une armature en bois couverte de feutre mais de panneaux rigides contenant une couche d’isolant, et elle est équipée de fenêtres en Plexiglas. Elle fait appel à la bio-ingénierie, aux technologies moléculaires, et même à l’intelligence artificielle, qui lui permet de réguler sa distance avec le sol et d’avertir le propriétaire d’un danger.

La vitesse de vol devrait atteindre 20 km/h, pour une altitude maximale de 1 mètre. L’engin, qui n’existe pour l’instant qu’en version 3D sur ordinateur, ne devrait pas faire peur au bétail. Sa construction pourrait coûter quelque 320 000 euros [le salaire moyen local équivaut à 400 euros par mois].

L’inventeur est persuadé que l’investisseur qui lui permettra de concrétiser son projet sera promis à la fortune, et que les yourtes volantes supplanteront un jour avions, trains et appartements panoramiques. 

Togjan Gani, Vremia (extraits), Astana

source: Courrier international

merci à : Tophe Marquette

 

 

 

picto-broudnain.jpg


Repost 0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 22:09

 

Flying-Houses6-640x641.jpg

 

Flying-Houses3-640x640.jpg

 

Flying-Houses7-640x621.jpg

 

Flying-Houses1-640x640.jpg

 

Photos: Laurent Chehere

 

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
27 mai 2012 7 27 /05 /mai /2012 23:57

 

 

russie-mon-amour.jpg

 

laternamajica-copie.jpg

 

fotyokino-copie.jpg

 

cinelatino-11.jpg

 

cirk.jpg

 

fotokino3.JPG

 

46_46prono06.jpg

 

affiche-inaugurale-copie.jpg

 

afficheacolorier.jpg

 

 

 

 

 

source: merci à Fred Fivaz.

 

Ls Site de Bonnefrite

 

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0

pour croiser la caravane
2 RIEN MERCI
cliquez sur le cornet
undefined

Formol

Hygiaphone