Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 09:28

 

 

226116_408785129184117_18515506_n.jpg

 

 

182079_1905656001007_7105254_n.jpg

 

 

 

Le Montréalais d’adoption avait fait des portraits intimistes sa signature

8 avril 2013 | Jean-François Nadeau | Journal Le Devoir - Montréal
Le photographe franco-québécois était connu pour ses portraits en noir et blanc des visages du jazz, dont Oscar Peterson.Photo : Tshi - Agence VuLe photographe franco-québécois était connu pour ses portraits en noir et blanc des visages du jazz, dont Oscar Peterson.
Le corps du portraitiste franco-québécois Tshi a été retrouvé sans vie à La Rochelle, en France. Installé à Montréal depuis 1990, il avait vu son travail publié dans nombre de magazines et de journaux au cours des deux décennies suivantes, période durant laquelle il produisit aussi grand nombre de pochettes de disques. Son style unique était reconnaissable entre tous.

Tshi s’était établi une solide réputation de portraitiste par des cadrages serrés en noir et blanc et une esthétique particulière misant sur la proximité du sujet et des contrastes très vifs.


Il travaillait avec du matériel très simple, à l’instinct. Un vieux reflex argentique et surtout un appareil suédois au format carré, usé et cabossé, le suivaient partout.


« Sa technique est simple », résumait la chanteuse Karen Young en 1996 : « Il s’approche le plus près possible, pénétrant votre espace vital, devançant votre distance critique. Durant quelques instants, il vous laisse alors nu, sans protection, sans contrôle. » Dans ses face-à-face serrés, toujours à l’aide de lumière naturelle, il plongeait dans l’intensité des regards pour nous révéler le sien. Tout le monde y passait : Oscar Peterson, Leonard Cohen, Jean Leloup, Diana Krall, Gilles Vigneault, Margaret Atwood, etc.


Durant la belle saison, il fut longtemps un collaborateur du Devoir. À compter de 1995, il a suivi de très près le Festival de jazz. Le Devoir a consacré des pages entières à son travail, rebaptisant même l’événement du nom « Festival Tshi ». Amoureux du jazz, il comptait publier un livre de ses portraits.


En 1997, il remportait le prix du Magazine canadien pour un essai-reportage à l’aéroport britannique d’Heathrow. Il reçut de nouveau un grand prix en 2001 pour son reportage consacré au Kentucky Derby.


Passionné par le cinéma au format Super 8, il a réalisé plusieurs vidéos. Il obtint en 1998 le Félix du réalisateur de vidéo de l’année au gala de l’ADISQ pour Le monde est à pleurer de Jean Leloup. Il a aussi tourné notamment pour Lhasa de Sela et Bet. e Stef.


Allure frêle, éternelle cigarette au bec, toujours quelque peu inquiet et tourmenté, Tshi est né Éric-Charles Simonneau en 1965, une identité farouchement soustraite à la lumière. Pour les besoins d’une carte de presse, il se faisait plutôt appeler Raoul Volfoni, du nom d’un personnage du film Les tontons flingueurs…


Tshi a passé une partie de son enfance au Maroc, à Fedala-la-Blanche. Après un bac en philosophie et divers voyages, il avait fini par atterrir au Québec, avant de rejoindre l’agence parisienne VU en 2001, tout en continuant de travailler depuis son atelier montréalais.


Photographe autodidacte, il avait quitté Montréal il y a deux ans de façon précipitée afin d’accompagner les derniers jours de sa mère. Cette mort l’avait profondément affecté, le plongeant dans un état dépressif qui lui fit abandonner à peu près complètement la photographie. C’est dans l’ancien appartement de sa mère, tout juste vendu, que son corps a été retrouvé le dimanche 7 avril. La mort remonterait à quelques jours. Une autopsie sera pratiquée avant la crémation prévue pour mercredi à La Rochelle.

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 06:24

 

 

eyes_as_big_as_plates_tuija.jpg

 

Riitta Ikonen et Karoline Hjorth se sont rencontrées en mai 2011 en Norvège durant une résidence d’artistes, de cette rencontre est né un projet baptisé « Eyes as Big as Plates« .

Un projet photographique reprenant des personnages issus du folklore finlandais.

Les artistes recréent ces personnages mythologiques en utilisant les végétaux environnants et les locaux.

 

eyes_as_big_as_plates_salme.jpg

 

02_eyes_as_big_as_plates_hallvar_ii.jpg

 

bengt.jpg

 

agnes1.jpg

 

agnes.jpg

 

eyes_as_big_as_plates_markku1.jpg

 

eyes_as_big_as_plates_paul.jpg

 

eyes_as_big_as_plates_velkkari.jpg

photos: © Karoline Hjorth & Riitta Iko

source: merci à Fred Fivaz et Camille Lacombe

le site de "Eyes as Big as Plates"

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
13 mars 2013 3 13 /03 /mars /2013 07:31

 

nicolas-gengoux-ostheopathe_3prqz_1lo05i.jpg

 


Homme à palabres ; chercheur de respiration commune ; investigateur de retrouvailles autour des arbres de "trottoir"; Voilà des étiquettes par lesquelles, je pourrais me définir.


D'autres diraient de moi que je suis: Osthéophate végétal; cuisineur grande bouche; chamane Belfortain; et parfois, pas façile à vivre.


Mais, vous savez, les étiquettes...


Mon enfance touche la Suisse d'un doigt; le lion du territoire, d'une caresse; le Ballon D'Alsace, d'un pied; et la saucisse de Montbéliard, d'une fourchette.


Mon enfance touche un point sur la map monde où; (comme le dit Miou Miou dans un film D'Anne Fontaine):

<Il ne s'y passe tellement rien, que l'on peux tout inventer. >

 

Mon enfance touche à plein corps les arbres. Ceux de ma forêt natale, m'ont regardé grandir, mourir et renaitre suivant les routes empreintées, et m'accompagnent encore, dans n'importe quel port où je pose ma valise pour un temps incertain.


Les arbres de ma forêt  natale m'accompagnent sur cette route ; où je me dois d'inventer.


Et voici le moment de citer un grand ami à moi:

<Entrouvons les portes de l'imaginaire, et le monde s'y engouffrera >DD


 Ma passion pour les arbres, m'a, au fil du temps, amené à m'orienter et à travailler sur la sauvegarde de ceux qui nous entourent.


La revitalisation des arbres de nos villes, a fait de moi un spécialiste dans ce domaine. Mes voyages d'études et mes expérimentations vont dans un seul et même sens, vers un unique but :

Permettre aux arbres citadins de retrouver la mémoire de leur forêt


Pour cela, outre l'identification classique de l'arbre (mesures, croquis, divers), j'associe aux méthodes traditionnelles de nettoyage, des technologies plus sophistiquées, voir médicales, mais aussi des recettes primitives empruntées à différentes tribus forestières. 


En général, je m'installe cinq jours durant, dans les rues des villes qui m'accueille, associé aux services des espaces verts de la mairie.


Chaque journée est ponctuée d'actions et de traitements divers : mesures, prélèvements de feuilles, écoute manuelle de la sève, déstressage des racines, apport d'énergie tellurique,etc.etc…


En conséquence, la revitalisation des arbres nécessite du matériel tel que (en vrac) : échelle, mètre, toise a tronc, herbier, balais télescopique, stétosève, infiltrateur d'énergie tellurique, attrapes rêves à hélices, attrapes rêves à chant d'oiseaux forestier, fumeroles à résine de Ginkgo Biloba, bâtons de pluie, cataplasme de mémoire, etc. etc…


 J'espère ainsi contribuer au bien être et à la plénitude des arbres de nos villes.


Et voici le moment choisi pour citer Confucius :

 « Le bonheur de l'homme ne s'épanouira pas sans la reconnaissance de l'arbre »

 

                                                                                     Nicolas GENGOUX

 

 

 

 

 

 



 

Orange, kaki et blanc sont ses couleurs. Nicolas Gengoux les promène rue Victor-Hugo depuis aujourd’hui et jusqu’à samedi. C’est aux bouleaux de cette artère que le Nettoyeur de vent, ostéopathe végétal, prodigue ses soins experts. Son objectif ? Redonner aux arbres citadins la mémoire de leur forêt originelle. N’hésitez pas à l’interpeler, il se fera un plaisir de vous commenter ses travaux !

 


« Je ne suis pas un jardinier, ni un chamane. Je n’en ai pas les compétences » aime à préciser l’homme à la chemise orange. Nicolas Gengoux est au service des arbres des villes souvent cantonnés au simple rôle de mobilier urbain. « Les gens admirent les arbres des forêts. En ville, ces végétaux, pourtant « symbole de la force vitale », se résument à des troncs. On ne lève jamais la tête. Pourtant les citadins aiment leurs arbres. Pas question de les déraciner ! » prévient celui qui a répondu à l’invitation du service municipal des espaces verts.


Grâce au fluide arboricole hérité de son grand-père et aux savoirs des tribus Mahayas, l’homme et sa drôle de carriole comptent redonner aux arbres de trottoir tout ce qui fait leur essence. Chants d’oiseaux, fougères, pulvérisation de champignons. 


Stétosève et infiltrateur d’énergie tellurique en main, Nicolas Gengoux ne ménagera pas ses efforts, passant du pied des bouleaux à leurs cimes. A Winchester (Hampshire, Angleterre), Calais ou Paris, les arbres se souviennent encore du passage du Nettoyeur de vent.


S’il se met au service des arbres, l’ostéopathe aime aussi communiquer avec les habitants, les passants. « Je suis un homme à palabres. » Envie d’en savoir plus, il vous suffit de venir à sa rencontre. Car Nicolas Gengoux est aussi à l’écoute des hommes…

 

 

source: nicolas-gengoux.blogs.fr

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
6 mars 2013 3 06 /03 /mars /2013 14:19

 

 

 

la_nuit_rvb_site.jpg

 

 

2012-11-30-affiche-matamore10.jpg

 

 

panneautrottola-copie.jpg

 

 

trottolacd1.jpg

trottolacd2.jpg

 

 

 

tdn14c.jpg

 

 

adr_10_11.jpg

 

 

 

 

Fabienne Veyser

Auteure, illustratrice

On l’appelle Paille. Elle est née en 1970 à Genève, ville dans laquelle elle a fait les Beaux- arts. A l’époque, elle réalisait surtout des installations vidéo. Puis elle est partie quelque part en France, avec une caravane pour maison et atelier, et elle s’est mise à dessiner, à écrire des petites histoires, à fabriquer des petits volumes et des vrais enfants. 

Paille ne fait pas que « Rêver le livre », elle le fait !

 

le site de paille

source: merci à Adell Nodé-Langlois !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
1 mars 2013 5 01 /03 /mars /2013 06:57

 

420227_10200629822290503_1977980271_n.jpg

 

 

4202273-6371005.jpg

 

 

alain-laboile-1-1-e1347372787129.jpg

 

 

Alain-Laboile28.jpg

 

 

4126298-6262136.jpg

 

 

reflexion-autour-du-bassin-_alain-laboile16.jpg

 

 

tumblr_mabdnjwNMp1r2ypw3o1_500.jpg

 

 

tumblr_m83k89PjgT1rciq6po1_500.jpg

 

 

tumblr_llikd7fA8a1qjduvbo1_500.jpg

 

8259455587_d5a1b8258a.jpg

 

5084e02ae744f94ee9000001.jpg

 

 

 

Le photographe et sculpteur Alain Laboile est né le 1er mai 1968 près de Bordeaux. D'abord sculpteur de bois, plâtre, pierre et métal, il développe une activité photographique à partir de 2007. Il débute par la pratique de la macrophotographie mais c'est sa vie intime avec des photographies de ses enfants qui va le révéler. En effet, sa famille, nombreuse, est son thème privilégié. Ses instantanés de la vie quotidienne sont emplis de liberté et de mouvement. 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

 

 

 


Repost 0
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 21:26

 

3420752175_3fcf257484_z.jpg

 

5973838827_7bc7695e84_z-600x395.jpg

 

5630998299_e2fbf36078_z-600x337.jpg

 

James-Yeung7-600x391-1.jpg

 

James-Yeung13-600x395.jpg

 

3934321918_80ae6a259b.jpg

 

 

 

 

 

“One picture, one story”: voilà comment James Yeung conçoit la photo. Cet avocat de Hong-Kong aime capturer ces instants fugaces qui apparaissent au coin de la rue.

 

source: lense.fr

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 10:45

 

 

546876_325985014175685_204627862_n.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
5 décembre 2012 3 05 /12 /décembre /2012 12:36

 

minifocus-94383.jpg

 

« électro-blues-forain » pour bambins, mais pas que !

Une boîte à musique géante ! 
Une virée musicale tout aussi sensible qu’énergique, qui encanaille la marmaille. 
Adultes accompagnés tolérés

Du son et plus d'infos

 

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

 

Repost 0
28 novembre 2012 3 28 /11 /novembre /2012 22:18

 

 

60683_4714917994850_1547025545_n-copie-1.jpg

 

 

 

Le Chant des Pavillons // la Fausse Cie


En quête de rencontres vibrantes.

Imprévisible et pas si classique que ça, Le Chant des pavillons est un Trio à corde, et à la rue.

Une virée hors cadre de 3 musiciens hors normes et de leur instrument, sans âge, ni frontière:

un violon trompette, un violoncelle tuba, une contrebasse Hélicon.

Le chant des pavillons, une errance musicale sensible et lumineuse.

 

 


 

poitiers7.jpg

 

poitiers1.jpg

 

poitiers22.jpg


Poitiers20.jpg

 


 


 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 07:32

 

lion-moto-voiture-mur-mort-13.jpg

 

lion-moto-voiture-mur-mort-12.jpg

 

lion-moto-voiture-mur-mort-03.jpg

 

lion-moto-voiture-mur-mort-021-700x554-copie-1.jpg

 

lion-moto-voiture-mur-mort-04.jpg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

picto-broudnain.jpg

Repost 0

pour croiser la caravane
2 RIEN MERCI
cliquez sur le cornet
undefined

Formol

Hygiaphone